Rue de Sagon

Une patrouille à Cantho dans le delta du Mékong





La Cathédrale Notre Dame Saigon

La semaine à Saïgon-Aout 69

Velosolex Hanoi

Cigares Mlia

Bière 33 Saigon

Air Vietnam Saïgon

Prisonnier vietcong à Quinhon en 1968

Manifestation en cyclomoteurs Saïgon 1967

Cyclo-Pousse & Citroën 2 CV

Boulevard Charner Sagon

Asianis le Pastis de Sagon

Soldats américains en bivouac

Cinéaste américain dans le Delta du Mékong

Cathedrale de Saigon



Vue sur Sagon depuis l'htel Caravelle

Sauf-conduit sud-vietnamien pour les 6 pays alliés





Sud Est Asiatique Indochine

Réfugiés vietnamiens fuyant la zone des combats à Tourane en 1965



Evacuation des blessés américains par hélicopter en 1965



Destruction des hélicoptères à Da Nang



Père portant ses enfant Hué en 1968

Gendarme et Vietminh Indochine 1954



Citroen DS19 devant le temple Vinh Nghiem



Bueau de la Poste de Cholon

Couple en Vélosolex Saïgon 1966

Grand Hotel Saïgon

Taxi Renault 4 CV de Sagon

Htel de Ville de Sagon

Peugeot 404 devant le Thtre



Compagnie Laotienne Commerce Transport

Blindé sud-vietnamien à Cho Gao en 1969



Jeunes Saïgonnaise rue Catinat



Soldat français en Velosolex Indochine

Discover Vietnam

Asianis le Pastis de Sagon

Cathedrale Notre Dame Saigon

Mobylette et Velosolex Saîgon

Cigarettes Melia



Retour des soldats américains par un vol de la TWA

Htel Continental Taxi Renault



Cady Motobecane Saigon



Gendarmes Saigon Indochine

Trafic dans Saigon



<





Marins Français rue Catinat Saigon Indochine

Cathedrale Notre Dame Saigon

Centre Ville de Saïgon



Boulevard Charner Sagon

Chaussures Bata Saigon



Couple Saigonnais

Air France Saïgon

Bob Hope Christmas-Mass Show in Long Binh 1971

Vietnam Photographic Supply Co

Sortie d'une cole de Sagon

Police Militaire Sud-Vietnamien

Htel de Ville de Sagon et velosolex

La Pagode Saïgon



Richard Nixon devant une carte de la péninsule indochinoise

Lancement grenade à Saïgon en mai 1966

Bière 33 Brasseries et Glacières d'Indochine

Le Docteur Irwin S. Leinbach devant son Ambulance Peugeot de l'Hôpital Cho-Ray de Saïgon



dragon

La Guerre du Vietnam

Signature des accords de Genève

Deux mois après la chute de Dien Bien Phu, la signature des accords de Genève marque la fin de la présence française dans le nord du Vietnam.
Le pays sera divisé en deux entités politiques distinctes dont la frontière est temporairement établie aux alentours du 17e parallèle.
La victoire du Vietminh à Dien Bien Phu, le 7 mai 1954, place la France dans une situation précaire.
Des discussions auxquelles participent plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne et l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), sont en cours à Genève depuis quelques semaines afin de trouver une solution à ce conflit qui dure depuis 1946.
L'avènement de Pierre Mendès France à la Présidence du Conseil donne un nouveau souffle aux négociations qui aboutissent à une entente le 20 juillet.
Les Français se retireront du Nord, dirigé par le Vietminh de Ho Chi Minh, alors que les communistes quitteront le Sud qui sera gouverné par l'empereur Bao Dai. Une zone démilitarisée d'une dizaine de kilomètres sera instaurée entre les deux territoires avant que, selon l'accord conclu à Genève, des élections libres ne permettent de les réunifier en 1956. Même si une commission internationale veille à l'application du traité, il faudra attendre 1976, et la fin d'un conflit meurtrier, avant que le Vietnam du Nord et du Sud ne forment à nouveau un seul État.

dragon

Renversement du gouvernement de Ngo Dinh Diem au Sud-Vietnam

Celui qui dirige la République du Vietnam depuis sa création en 1955, le Président Ngô Dinh Diêm, est abattu et remplacé par une junte militaire dirigée par le Général Duong Van Minh.
La corruption du régime du président Ngô Dinh Diêm et l'attitude autoritaire de ce dernier, notamment la répression exercée contre les bouddhistes, alimentent la contestation qui s'accroît au cours des années 60.
Le 1e novembre 1963, une junte militaire dirigée par les Généraux Duong Van Minh et Ton That Dinh cerne le palais présidentiel et exécute le président ainsi que son frère, Ngo Dinh Nhu, le chef de la police politique.
Un gouvernement provisoire, formé de militaires et de civils, suspend la Constitution et dissous l'Assemblée nationale.
Ce coup d'État ne suffit pas à stabiliser la situation politique du pays qui est secoué par deux autres renversements menant à l'arrivée au pouvoir de Nguyên Van Thieu, en juin 1965.
Des bouleversements surviennent alors que l'action des communistes du Front national de Libération du Vietnam du Sud (Vietcong) a entraîné la présence de dizaines de milliers de conseillers et de militaires américains dans le pays, présence qui va s'intensifier pour atteindre en quelques années le demi million d'hommes.

Incident naval entre Nord-Vietnamiens et Américains dans le golfe du Tonkin

Des rapports d'altercations survenues dans le golfe du Tonkin entre des vedettes nord-vietnamiennes et les destroyers américains « Maddox » et « C. Joy Turner » entraînent l'adoption d'une résolution du Congrès donnant les coudées franches au Président Lyndon B. Johnson pour intervenir en Asie du Sud-Est.
Une première altercation avec le « Maddox », le 2 août, aurait été suivie par une autre, le lendemain, qui implique également le destroyer « C. Joy Turner ». Des torpilles auraient été lancées mais aucun dommage aux vaisseaux américains n'est signalé. Le 4 août, le Président américain Lyndon B. Johnson dénonce l'intervention de la marine nord-vietnamienne lors d'un discours télévisé et annonce que les États-Unis y répliqueront par un bombardement aérien.
Dans les heures qui suivent, des avions pilonnent les bases navales et des installations pétrolières nord-vietnamiennes.
Le 7 août, le Congrès adopte de façon presque unanime à la Chambre des représentants et au Sénat une résolution autorisant le président à prendre « toutes les mesures nécessaires » dans le cadre du conflit en Asie du Sud-Est. Les attaques aériennes iront par la suite en s'intensifiant, creusant le différend avec le Viêtnam du Nord qui rend toute négociation de paix conditionnelle à leur cessations.
Il faudra attendre mai 1968 avant que les pourparlers ne soient finalement engagés à Paris. Des documents (Pentagon Papers) publiés ultérieurement, mettront en doute la véracité des incidents du Tonkin ayant justifié l'engagement général des États-Unis au Vietnam.

Bernie Brydon Life-Magazine June 1964 Soldats Sud-Vietnamiens Retour des soldats américains par un vol de la TWA

dragon

La libération par les Vietcong d'un ménage de planteurs en 1964

Monsieur et Madane Marc Estève, enlevés par les Vietcong le 8 février 1964 sur la plantation d'hévéas de Thoi Giac, à 60 kilomètres à l'est de Saïgon, dont monsieur Estève est le directeur, ont été relâchés le 8 mars et mis en observation à l'hôpital Grall de Saïgon.

La libération par les Vietcongs d'un ménage de planteurs

Monsieur et madame Estève dans leur chambre d'hôpital avec leur petite fille Isabelle, qui n'avait pas été enlevée et qui leur a été remis par des amis.

dragon

L' offensive du Têt en 1968

L'armée nord-vietnamienne et le Front national de libération (FLN) du Vietnam du Sud (Vietcong) lancent une série d'offensives militaires simultanées contre plus de 100 villes du Sud-Vietnam. Échec sur le plan militaire, cette offensive est toutefois une victoire politique qui bouleverse l'opinion publique américaine et mondiale.

Soldats américains dans le delta du Mékong

Sur les quelque 105 villes ciblées, aucune ne tombe sous la domination permanente des forces du Nord et plus de 48 000 Vietcongs sont tués.
Cependant, la victoire est politique et diplomatique. Rapportée par les médias, l'offensive spectaculaire a un effet psychologique puissant sur l'opinion publique américaine et mondiale. Le coup est dur pour le Président américain Lyndon B. Johnson qui, le 31 mars, stupéfait ses compatriotes en annonçant qu'il ne sollicitera pas un autre mandat à l'automne.
Puis, le 31 octobre 1968, Johnson étonne encore en annonçant l'arrêt des bombardements aériens sur une partie du Vietnam du Nord et le démarrage des accords de paix de Paris qui mèneront éventuellement à la fin du conflit
Textes rédigés par l'équipe de Perspective Monde

dragon

Noël à Long Binh en 1971 avec Bob Hope

Bob Hope Christmas-Mass Show in Long Binh 1971

Vietnamisation de la guerre (1969-1971)

En 1969, dans les quelques mois qui suivirent sa prise de fonction, le successeur de Johnson, le Président Richard M. Nixon, annonça que 25 000 soldats américains quitteraient le Viêtnam en août 1969.
Le retrait de 65 000 autres soldats fut programmé pour la fin de l'année. La vietnamisation de la guerre fut décidée afin que les États-Unis cessent de payer le prix du sang.
Le retrait progressif américain ni la mort du président nord-vietnamien Ho Chí Minh, le 3 septembre 1969, ne purent débloquer la situation. À Paris, les Nord-Vietnamiens continuaient d'exiger le retrait total des Américains comme condition préalable à un cessez-le-feu.

Travaux du génie vietnam Hélicoptère américain vietnam

En avril 1970, les forces américaines tentèrent un dernier effort pour réduire les sanctuaires viêt-công au Cambodge et pour couper la piste Hô Chí Minh.
L'appel du prince Norodom Sihanouk à résister au régime républicain mis en place par le général Lon Nol fit avorter la manœuvre.
Les paysans cambodgiens rejoignirent massivement les Khmers rouges. Les divisions régulières nord-vietnamiennes vinrent appuyer ces nouveaux alliés. Pour éviter de s'enfoncer dans un nouveau bourbier, les Américains se retirèrent au bout de trois mois en offrant un soutien aérien aux troupes du gouvernement de Phnom Penh.
En 1971, les forces sud-vietnamiennes jouèrent un rôle croissant dans la guerre, combattant au Cambodge et au Laos. Les négociations de Paris et la guerre elle-même furent alors éclipsées par l'élection présidentielle au Sud-Vietnam. Les principaux candidats étaient Nguyen Van Thieu, qui cherchait une réélection, le vice-président Nguyen Cao Ky et le Général Duong Van Minh. Ky et Minh, prétextant des élections truquées, se retirèrent et Thieu remporta un nouveau mandat de quatre ans.

Au cours des derniers mois de 1971, le retrait américain se poursuivit. Il coïncida pourtant avec un regain des activités militaires nord-vietnamiennes annonçant la préparation d'une importante campagne empruntant la voie Hô Chí Minh vers le Laos et le Cambodge.
Des attaques aériennes américaines de grande ampleur eurent alors lieu dans la zone de guerre indochinoise. Au même moment, les forces terrestres communistes lancèrent des attaques efficaces et massives contre les forces gouvernementales au Viêtnam-du-Sud, au Cambodge et au Laos.
On craignait aussi qu'Hanoi ne lançât une vaste offensive dans le centre du Viêtnam-du-Sud coïncidant avec la célébration du Têt. Avant leur retrait, le nombre de soldats américains au Sud-Vietnam atteignit plus de 541 000 en 1969.
Aux États-Unis, alors que l'intervention militaire américaine s'intensifiait, la question de la guerre devint un sujet de controverse.
Un mouvement pacifiste se développa et gagna du terrain, organisant des manifestations et des moratoires contre la guerre dans des grandes villes américaines. Lorsque les récits d'atrocités commises par des soldats américains au Viêtnam furent rendus publics, le mouvement prit encore plus d'importance.
L'un des cas les plus connus fut le massacre de civils désarmés dans le village de My Lai en 1968. Le lieutenant William L. Calley, accusé d'être responsable du massacre, fut jugé coupable par un tribunal militaire en 1971.

Un lourd bilan

Les huit années de guerre causèrent la mort de plus de 2 millions de Vietnamiens!; 3 millions furent blessés. On estime qu'à peu près 12 millions de personnes devinrent des réfugiés.
Entre avril 1975 et juillet 1982, approximativement 1 218 000 réfugiés quittèrent le pays. Les pertes américaines s'élevèrent à 57 000 tués et 153 303 blessés. À la date du cessez-le-feu, il y avait 587 militaires et civils américains prisonniers de guerre, qui furent tous libérés

Accords de Paris

Logo Francophonie Hanoi

14- 16 Novembre 1997
Jacques Chirac à Hanoï pour le VIIème sommet de la Francophonie

7ème sommet de la Francophonie Hanoi

Les chefs de délégation participant au sommet de la Francophonie posent devant le palais présidentiel à Hanoï le 14 novembre 1997.
Le président Jacques Chirac a ouvert, le vendredi 14 novembre 1997, le 7ème sommet de la Francophonie à Hanoï, capitale vietnamienne. Le chef de l'État français a annoncé 20 millions de Francs Français pour le développement de la francophonie sur les autoroutes de l'information et augmenter de 42 millions de Francs son engagement dans les programmes francophones au cours de chacune des deux prochaines années.
Les délégations du VIIème ont élu le premier secrétaire général de la Francophonie, le Docteur Boutros Boutros-Ghali, ancien secrétaire général des Nations Unies de 1992 à 1996.

15 Novembre 1997
Jacques Chirac inaugurant une école bilingue

Jacques Chirac Hanoi 1997

Le samedi 15 novembre, Jacques Chirac a inauguré un collège bilingue à Hanoï, au milieu d'enfants vietnamiens qui, en son honneur, ont chanté "Frères Jacques" en français.

Logo Francophonie Hanoi

Journal télévisé d'Antenne 2 du 15 novembre 1997 © INA

Logo Francophonie Hanoi