Soldat Français Saïgon 1953

Epicerie Saigonnaise Lien Seng Saïgon

La Maison Brodart, rue Catinat

Derrière la cathédrale de Saigon

Au centre le Commandant Ourta Saigon mars 1952

Femmes devant Brodard Saigon septembre 1950

En 1950 le Boulevard Charner Saïgon

Défilé des parachutistes et des légionnaires le 27 avril 1947 à Saïgon

La Banque B.N.C.I de SaÔgon

Femmes rue Catinat Saïgon

Femme en Velosolex rue Catinat Saïgon

Colonel Revon rue Catinat Saïgon 1952

Les Paras et les Tirailleurs ŗ Saïgon

Femmes Saïgon 1953

Hôtel de Ville Saïgon  Ford Vedette Citroën Traction

7 Jours à Saïgon

Societť des Imprimeries et Librairies Indochichoises Saigon

Colette et son velosolex devant le Cafe Givral Saïgon

Femme en Simca 5 Saigon juillet 1950

Le Monument aux morts de Saïgon

Citroën Traction et Ford Vedette sur le boulevard Bonard à Saïgon

Citroen DS19 devant le temple Vinh Nghiem

Le Grand Monde Miss Saigon 1954

Course de Cyclo-Pousse Saigon 1948

Colonel Revon rue Catinat Saïgon 1952

La sortie de la messe le dimanche 16 octobre 1948

Rue Tu Do - Catinat Saïgon

Grands Magasins Charner Saïgon

Asianis le Pastis de SaÔgon

Cigarettes Cotab Cholon

Rivoire et Carret Saigon

Etablissements Marthe Gaschot Saigon

Melia Cigarettes Saigon

Camions Renault Vietnam

Hotel Continental Saigon

HŰtel Continental Cyclomoteur Mars 1951

Pâtes Delices Saigon

Hôtel de Ville Saïgon  Ford Vedette Citroën Traction

La semaine a SaÔgon en 1961

Sud Est Asiatique Saïgon

jeunes saÔgonnaises

Bière Hommel BGI Saigon

Sud Est Asiatique Saïgon

Solex Famililal à Saïgon

Soldat Armée Air en solex Saigon

Aigle Azur Saigon

Automoto Saïgon

Opticien Michaux Saigon

Rue Catinat en 1946

Biere 33 Export Saigon

Femmes devant le magasin Nouveautés Catinat Saïgon

Soldat Français rue Catinat Saïgon 1952

Soldat Français rue Catinat Saïgon 1952

Asianis le Pastis de SaÔgon

Touristes françaises en Cyclomoteur à Saïgon

Cigares Mťlia

Place Francis Garnier

Air France

Le Docteur Irwin S. Leinbach devant son Ambulance Peugeot de l'Hôpital Cho-Ray de Saïgon

Gendarmes dans la rue Catinat Saïgon Août 1951

Velosolex et Camion Citroen Saigon

La sortie de la messe le dimanche 16 octobre 1948

Femmes en Renault 4 CV devant le Théâtre de Saïgon

Sipeo Kodak Saigon

Taxi Renault 4 CV de SaÔgon

Femmes rue Catinat Saiuml;gon

Jeunes filles saigonnaises

Aigle Azur Saigon

Le restaurant Kim Phu Dung Saigon

Joseph Maugis Professeur Lycée Chasseloup Laubat Saiuml;gon

Air Vietnam Saigon 1952

Femmes Vietnamiennes devant le Garage Charner Saïgon

Femmes rue Catinat Saiuml;gon

Femmes sur la rue Catinat Saigon

Femmes rue Catinat Saiuml;gon

Cigarettes Nationales Saigon

Femmes Saïgon 1953

Aigle Azur Indochine

Femmes devant le magasin de Lucien Berthet Saïgon en 1953

Etudiants Vietnamiens Saiuml;gon

La Croix du Sud rue Catinat Saïgon

Automoto Saïgon

La semaine à Saïgon-Aout 70

duong Tu-Do ex rue catinat Saïgon septembre 1955

Bière Larue Indochine

Renault Outre Mer Indochine

Taxi Renault 4cv Saïgon

Bière 33 Saigon

Gendarmes dans la rue Catinat Saïgon Août 1951

HŰtel Continental Cyclomoteur 23 Juin 1947

Chez Brodard

Sipeo Kodak Saigon

Soldat Français Velosolex 45 1952

Femmes sur la rue Catinat Saigon

Motard escorte d honneur Saigon 1949

Une femme et ses deux enfants rue Catinat Saigon

HŰtel Continental Taxi Renault

Two monks in Saigon Air France

Retour sur la page du menu : [Indochine]

Drapeau anglais

Gendarmerie Indochine

Hommage à Erwan Bergot

Erwan Bergot Gendarmes au Combat

Erwan Bergot est n√© le 27 janvier 1930 √† Bordeaux, il est un √©crivain et journaliste fran√ßais, ancien officier parachutiste il part pour l' Indochine o√Ļ il sert au 6e Bataillon de Parachutistes Coloniaux de Bigeard puis il passe √† la t√™te de la compagnie de mortiers lourds du 1er r√©giment √©tranger de parachutistes √† √źi√™n Bi√™n Phu. Il est fait prisonnier et conna√ģtra l'enfer des camps d'internement.
En 1955, il est rappel√© pour servir en Alg√©rie au sein du 2e R√©giment √Čtranger de parachutistes (R.E.P.) et du 11e Choc, et il est gri√®vement bless√© √† l'oeil droit lors d'un accrochage dans le Constantinois et quitte d√©finitivement le combat arm√© pour se tourner vers l'√©criture et le journalisme.
Erwan Bergot d√©c√©dera le 1er mai 1993 √† l'h√īpital du Val-de-Gr√Ęce √† Paris.
L'un de ses livres, publié aux Presses de la Cité, est consacré aux Gendarmes au Combat durant la guerre d'Indochine :
De la pointe de Camau au sud jusqu'aux confins de la Chine, des bords du Mékong aux rivages de l'Annam, ils furent 14.000 gendarmes à servir en Indochine.
Avec un lourd bilan 650 gendarmes y ont laiss√© leur vie et 1500 bless√©s. Retracer l'histoire des gendarmes en Indochine, c'est √©crire celle de ces milliers de postes perdus qui "tenaient" le terrain, au contact des populations, sans liaisons, bien souvent sans armement lourd. Avec un exceptionnel courage, ces gendarmes ont donn√© le plus bel exemple des vertus qui sont l'apanage de leur Arme : l'ob√©issance, l'obstination, le sens de l'humain, le d√©vouement absolu. Gendarmes au combat est un superbe hommage rendu aux survivants. C'est √©galement une belle le√ßon d'h√©ro√Įsme...
Source : Wikipédia

Gendarmerie Indochine

R√©ception √† l'a√©rodrome de T√Ęn Sơn Nhứt en 1949

Gendarmerie Indochine 1949 Gendarmes Tan Son Nhut Saigon 1949

R√©ception d'une personnalit√© politique fran√ßaise √† l'a√©rodrome de T√Ęn Sơn Nhứt (situ√© √† 6 kilom√®tres du centre de Sa√Įgon) par les officiers de la Gendarmerie et de la Garde R√©publicaine.
© Photos de Raymond Varoqui, né le 7 juillet 1921 à Ottange (Moselle) décédé le 8 février 2013. Il est incorporé au SCA (Service cinématographique des armées) comme reporter photographe en 1948. Il est dès lors envoyé en mission auprès du SPI (Service presse information) en Indochine.

Gendarmerie Indochine

La Garde R√©publicaine arrive √† Sa√Įgon en F√©vrier 1950

Gendarmerie Indochine

Décembre 1946, la gendarmerie a reçu l'ordre de former trois Légions de Marche de Garde Républicaine (L.M.G.R.) à acheminer sur l'Indochine.
La 1√®re L√©gion de Marche a √©t√© form√©e le 25 d√©cembre 1946 √† Horb am Neckar (Allemagne), la 2√® L.M.G.R. √† Romans dans la Dr√īme, la 3√® √† Pamiers dans l'Ari√®ge.
Effectif, 1000 officiers, gradés et gendarmes chacune.
Source : Erwan Bergot dans son livre "Gendarmes au Combat".
Sur la Photo prise par l'Adjudant Chef Raoul Benezet: Remise de l'Etendard de la Garde R√©publicaine √† la 1√®re L√©gion de Marche de G.R. √† Sa√Įgon en f√©vrier 1950.

Les Gendarmes en Indochine
1945 - 1955

Force Gendarmerie Indochine Gendarmes Saigon Indochine

A gauche : les différentes Forces de la Gendarmerie en Indochine.
A droite : l'√©tendard de la Garde, d√©cor√© le 15 f√©vrier 1954 de la croix de guerre des T.O.E. (Th√©√Ętres d'op√©rations ext√©rieurs).
En-dessous : le 4 juillet 1954 : A la conf√©rence de Trung Gia (Tonkin) √† 40 Kilom√®tres au Nord de Hano√Į, un gendarme fran√ßais et un vietminh montent la garde.

Gendarmes Saigon Indochine Gendarmes Francais Vietminh Indochine

Gendarmerie Indochine

Gendarmerie Nationale

D√©fil√© militaire Sa√Įgon juillet 1950

Brigade de Sa√Įgon - Cochinchine

D√©fil√© du 14 juillet 1950 √† Sa√Įgon

D√©fil√© militaire Sa√Įgon juillet 1950 Un d√©tachement de la Gendarmerie Coloniale Sa√Įgon

Devant le garage Jean Comte boulevard Norodom, la foule se presse pour assister au d√©fil√© du 14 juillet 1950. Les rues de Sa√ģgon sont largement pavois√©es aux couleurs fran√ßaises et vietnamiennes pour l'occasion, la photo de droite repr√©sente un d√©tachement de la Gendarmerie Coloniale.
Source : ECPAD

Gendarmerie Indochine

Caserne Pétrus-Ky 1951

Gendarmes Poste de Police Sa√Įgon 1951 Gendarmes Poste de Police Sa√Įgon 1951 Gendarmes Poste de Police Sa√Įgon 1951

Les gendarmes Daguzan, Pagès et Lalanne devant le poste de Police.
Saigon septembre 1951.

Gendarmerie Indochine

Anniversaire de l'Armistice de 1918

Les gendarmes lors des c√©r√©monies comm√©moratives du 11 novembre 1952 Saigon Gendarmes Sa√Įgon 1952

Les gendarmes lors des c√©r√©monies comm√©moratives du 11 novembre 1952, boulevard Norodom (maintenant L√™ Duẩn) devant les √©tablissements Jean Comte √† Sa√Įgon.

Gendarmerie Indochine

Gendarmes au garde à vous

Gendarmes au garde à vous Gendarmes au garde à vous

Gendarmes au garde à vous.
Saigon 1952.

Gendarmerie Indochine

Gendarmes en permission

Gendarmes rue Catinat 1951 Gendarmes rue Catinat 1951 Gendarmes 1954

A gauche : Gendarmes en cyclomoteur dans la rue Catinat pr√®s de l'h√ītel Continental.
Au centre : Dans la rue Catinat des gendarmes devant le Café Givral.
A droite : Gendarme Sa√Įgon 4 septembre 1954.

Gendarmes in Saigon 1947  Le Gendarme Benezet en Cochinchine

A gauche : Le Gendarme Raoul Benezet et un soldat de la "Garde Républicaine de Cochinchine" (G.R.C.).
A droite : Le Gendarme Benezet en Cochinchine.

Gendarmerie Indochine

Une Chambrée de Gendarmes

Une chambr√©e de Gendarmes √† Sa√Įgon

En 1952 une chambr√©e de Gendarmes dans une caserne √† Sa√Įgon.

Gendarmerie Indochine

Les Gendarmes dans le delta du Mékong

Une tour fortifiée défendant l'accès de la route Poste de la Gendarmerie vietnamienne

A gauche : Le 8 f√©vrier 1951 sur la route de Mytho au sud-ouest de Sa√Įgon, un autocar charg√© au maximum passe devant une tour fortifi√©e d√©fendant l'acc√®s de la route aux infiltrations vietminhs.
A droite : Poste de la Gendarmerie vietnamienne à Tan An.
(Source : Livre de Erwan Bergot "Gendarmes au Combat").

Gendarmerie Indochine

Historique de la Gendarmerie d'Indochine

La prolongation de la guerre pendant plusieurs ann√©es entra√ģne un fort accroissement des effectifs. Au total, pr√®s de 14 000 hommes se succ√®dent dans la p√©ninsule entre 1946 et 1956 au rythme moyen d'un s√©jour de 24 mois. Jusqu'en 1955, 3 000 gendarmes sont pr√©sents en permanence sur le sol vietnamien.
Par ailleurs, au cours de cette période, l'ordre de bataille de la gendarmerie d'Indochine évolue sous la pression des événements.
Entre 1948 et 1949, l'accession √† "l'ind√©pendance dans le cadre de l'Union fran√ßaise" du Vietnam, du Laos et du Cambodge entra√ģne un transfert de souverainet√© aux anciennes colonies indochinoises. Le d√©tachement de gendarmerie doit alors organiser les gendarmeries nationales des trois nouveaux Etats, tout en assurant, provisoirement, ses fonctions habituelles. En 1952, le d√©tachement de gendarmerie d'Indochine devient le "d√©tachement de gendarmerie d'Extr√™me-Orient".
En 1954, les accords de Genève scellent le destin de la France en Indochine en mettant un terme au conflit. L'année suivante, une légion mixte de gendarmerie en Indochine regroupe tous les gendarmes affectés sur le territoire. Le départ des gendarmes s'étale dans le temps jusqu'en 1956, date du départ des troupes française de la base du Cap Saint-Jacques.
Seules quelques missions de gendarmerie subsistent : au Sud Vietnam jusqu'en décembre 1957, au Cambodge jusqu'en 1970 et au Laos jusqu'en 1975.

le Combattant d'Indochine

Les Missions de la Gendarmerie
Article publié dans la revue "le Combattant d'Indochine"
par le Général Serignan

Le Combattant d'Indochine

"Dans le cadre militaire une des plus importantes missions qui revient √† la Gendarmerie est sans doute l'encadrement et l'instruction des unit√©s des arm√©es des nouveaux √Čtats associ√©s, dans des centres de formation ou plus couramment sur le terrain, dans des bataillons vietnamiens et laotiens ou dans des unit√©s nungs, tha√Įs ou khm√®res.
Si les missions d'encadrement furent les principales, exercées par nos officiers, nos gradés et nos gendarmes elles on été aussi les plus curieusement variées. On les trouve dans :
- des bataillons vietnamiennes.
- des bataillons de chasseurs cambodgiennes.
- des tabors marocains.
- des compagnies africaines et nord-africaines.
- la garde républicaine de Cochinchine.
- la garde montagnarde.
- la garde nationale khmère.
- la garde tonkinoise.
- la garde des provinces méridionales du Centre-Vietnam.
- la garde frontalière de l'Est tonkinois.
- la milice du Centre-Annam.
- les unités de partisans des plantations.
auxquels il convient d'ajouter :
- les écoles d'enfants de troupe de Dalat et du Cap Saint-Jacques.
- les centres d'instruction des forces armées vietnamiennes.
- le centre d'administration et service auto du Sud-Vietnam.
- les écoles militaires vietnamiennes.
- et les différentes missions d'organisation des gendarmeries :
vietnamiennes, laotiennes et cambodgiennes.
Le personnel, connu il est vrai par ses aptitudes fonci√®rement polyvalentes, se trouva √† la t√Ęche dans des formations organiquement et militairement bien diff√©rentes les unes des autres :
- section de gendarmerie.
- d√©tachement pr√©v√ītal.
- escadron porté.
- escadron Auto-Mitrailleuse (A.M.) ou char.
- escadron de reconnaissance.
- escadron de parachutistes.
- escadron de commandos.
- escadrille fluviale.
- compagnie d'infanterie.
- compagnie de combat du génie.
et bien entendu les escadrons d'honneur et la musique des Forces française d' Extrême-Orient.

Gendarmerie Indochine

La t√™te de pont de Ha√Įphong √©vacu√©e par les troupes fran√ßaises en mai 1955
les gendarmes français assistent à l'entrée des vietminh

Gendarmes fran√ßais Ha√Įphong 18 mai 1955

Photo prise le 18 mai 1955 avec l'entr√©e des troupes vietminh dans Ha√Įphong, au premier plan, des gendarmes fran√ßais.
Dans son ordre du jour no 4 en date du 15 mai 1955, le g√©n√©ral Paul √Čly, commissaire de France et commandant en chef en Indochine, cl√īt d√©finitivement le chapitre du Tonkin :
"Le dernier soldat fran√ßais a quitt√© ce soir le Nord-Vietnam. L‚Äô√©pop√©e qui conduisit nos drapeaux sur le fleuve Rouge et aux fronti√®res de la Chine s‚Äôach√®ve. (‚Ķ) Depuis 300 jours, les forces du corps exp√©ditionnaire (‚Ķ) ont tenu la parole de notre pays comme elle doit l‚Äô√™tre, avec discipline, avec abn√©gation, avec fiert√©, avec une loyaut√© totale, dans un esprit d‚Äôhonneur intact. Par leur maintien √† Ha√Įphong, elles ont permis √† des centaines de milliers d‚Äôhommes de choisir librement leur destin. Elles partent aujourd‚Äôhui la t√™te haute, leur t√Ęche men√©e √† bien".
Le g√©n√©ral √Čly quittera Sa√Įgon le 2 juin 1955.

Gendarmerie Indochine

Apr√®s le pillage de l'h√ītel Majestic √† Sa√Įgon le 20 juillet 1955,
une des dernières missions des gendarmes....
la s√©curisation de l'h√ītel Continental

Pillage du Majestic Saigon juillet 1955 Pillage du Majestic Saigon 20 juillet 1955

La photo de droite a été prise par Jacques Chancel.
La Commission Internationale de Contr√īle saisit le repr√©sentant de la France au sujet des incidents survenus le 20 juillet √† Sa√Įgon, lors de la manifestation organis√©e en faveur de Diem et contre les accords de Gen√®ve, au cours de laquelle, les deux h√ītels o√Ļ r√©side le personnel de la Commision Internationale, le Majestic et le Galli√©ni ont √©t√© pill√©s.
Suite √† ce pillage les membres de la Commision Internationale de Contr√īle (Polonais, Indiens et Canadiens) seront log√©s √† l'h√ītel Continental et plac√©s sous la protection des gendarmes fran√ßais.

Gendarmes fran√ßais Sa√Įgon 1956

Les gendarmes déposant une gerbe de fleurs au monument aux morts
de Sa√Įgon le 10 avril 1956

Gendarmes fran√ßais Sa√Įgon 10 avril 1956

Au cours de la derni√®re parade du corps exp√©ditionnaire fran√ßais qui s'est d√©roul√©e le 10 avril 1956 dans les rues de Sa√Įgon, deux gendarmes fran√ßais d√©posent une couronne au monument aux morts, sous le regard du g√©n√©ral de corps d'arm√©e Jacquot, commandant en chef en Indochine.
À l'arrière plan les dernières troupes françaises et les personnalités officielles.

Gendarmerie Indochine

Retour sur la page du menu : [Indochine]

haut de page