Indochine Franaise

Tu dois diivrer lIndochine

Hôtel Continental Saïgon

Les pêcheurs du  Cap Saint-Jacques

Rue Catinat

Haphong en 1954

Tramway centre-ville saigon

La Légion Étrangère à Hanoì

Patrouille sur le Mkong  Soctrang

Tombola des leves pauvres et orphelins Saigon 1954

Bire Larue Vietnam

La Banque B.N.C.I de Sagon

Cigarettes Melia

Garage Charner Saigon

Radio Saigon

Cigarettes Nationales

Air France

Cabaret Arc-en-Ciel Cholon

Affiche Indochinoise

le gnral De Lattre de Tassigny avec un gnral amricain

La Lgion trangre  Haphong

La terrase Café de Saïgon

La Croix du Sud rue Catinat Saïgon

Patrouille sur le Mkong  Soctrang

Biere Larue de Saïgon

La terrasse Cafe Sagon

Marcel Bigard et le Lt Colonel Langlais, des troupes Coloniales

Le départ le long du quai des Messageries Maritimes de Saïgon

Saci Forges Ateliers et Chantiers Indochine

Bay Vien le maître de Cholon

Savon Vietnam

Cigarettes Bastos

Rfugis vietnamiens sur USS Montague Haphong 1954

Radio Saigon

Voyagez avec les troupes coloniales

Savon Viet-nam

Dans le Port Haiphong

Brasseries & Glacières Indochine Bière Royale Cholon

Dans le Port Haiphong

Port Haphong

100 Piastres Saigon

Messageries Maritimes

Les marins français en 1955 sur la rue Le Loi ex boulevard Bonard à Saïgon

Petites fille dans les rizières de la Cochinchine

Traverse du Mkong en 1947

Blason de Empereur du Vietnam

les Messageries Maritimes ont fait le tour du monde

Le riz Indochine

Palais du Haut Commissariat  Sagon

Plantation Heveas

Le public du Thtre aux armes

Rue des Marins Cholon

Souvenir du Tonkin

Le Gnral Raoul Salan devant le Pont Paul Doumer  Hano

Aide aux Combattants Indochine

Cigares Mlia

Cigarettes Melia

Musée Blanchard de la Brosse Saïgon

Air Vietnam Sagon Paris

Souvenir de Dalat

Avion Taxi Indochine

La Pharmacie Centrale de Sagon

Retour sur la page du menu : [Indochine]

dragon

Le 24ème Régiment de Marche de Tirailleurs Sénégalais au Tonkin
Par Yves Boulanger

Yves Boulanger est né le 25 Janvier 1930 à Rumilly en Cambrésis
Caporal-Chef au 24ème Régiment de Marche de Tirailleurs Sénégalais (RMTS)

J’ai décidé, malgré mon âge, d’essayer de bricoler sur Internet, ce qui m’a permis récemment de découvrir les récits d’anciens d’Indochine, ce qui m’intéresse vivement puisque j’y ai moi-même fait deux séjours, de 1948 à 1951 et de 1953 à 1955.
Ayant découvert, entre autres, deux récits «Aventure Indochinoise» et « Bataillons d’Extrême-Orient » du Caporal Henri Darré et du Colonel Bernard Beauplet, qui ont combattu dans les mêmes opérations, respectivement au 2ème BMEO ( Soctrang ) et ( 1er BMEO ) à Travinh (Delta du Mékong).
J’ai aussitôt essayé de joindre Henri Darré…opération réussie…
J’ai pu constater qu’Henri Darré avait raconté sa vie intense en Indochine et, en particulier dans le Delta du Mékong au cours de son séjour de 1947 à 1949 ce qui m’encourageait donc à en faire autant, afin que ma propre famille, mes amis et les générations futures puissent s’imprégner de ce que nous avons vécu, nous les Marsouins, dans ce lointain pays asiatique en guerre…
En conséquence, j’ai moi-même décidé de raconter ce que j’ai vécu à l’extrême nord du Tonkin, à seulement quelques encablures de la frontière chinoise...

Le Pasteur dans le port d'Haïphong

Le Pasteur

Le Pasteur effectue son premier trajet vers l'Indochine, Marseille - Saïgon (Cap Saint-Jacques), en octobre 1945.
Jusqu'en février 1956, il relie les ports de Marseille ou Toulon à ceux de Saïgon, Tourane ou Haïphong.

La Saint-Sylvestre 1948

Embarqués sur le «Pasteur» fin novembre, nous débarquons à Haïphong le 31 décembre 1948 avec nos Tirailleurs Sénégalais et, à peine sur le sol Indochinois, nous sommes utilisés pour la garde des installations portuaires.
Le campement est vétuste et en cette période de l’année, nous endurons la capote...
Les Sénégalais souffrent un peu...
Pour cette fin d’année 1948, ce ne sera pas la fête pour nous...à vrai dire aucun d’entre nous n’a fait allusion à la «bonne année»…nous avons tous autre chose en tête...
Nous couchons au 1er étage d’un bâtiment, dont le rez-de-chaussée baigne dans trente centimètres de flotte...

Le port d'Haïphong en 1948

Port d'Haïphong

Débarquement du matériel militaire dans le port d'Haïphong

Le commandement décide de m’envoyer à Hanoï pour un stage de chiffreur.. J’en profite pour prendre le train qui va de Haïphong à Hanoï, train qui saute pratiquement tous les jours sur des mines placées par les Viets..
Peu après, mon Bataillon fait mouvement sur SonTay en empruntant les digues du Fleuve Rouge et de la Rivière Noire, secteur qui vient d’être reconquis par le 8ème Tabor marocain.

Le Groupement de tabors marocains d'Extrême-Orient" ("GTMEO")

8eme Tabor marocain

Nous sommes entre le Laos et la Chine…
Notre mission est de pacifier et de protéger cette région, qui est le «croissant fertile» situé entre le Fleuve Rouge et son affluent la Rivière Noire.
Nous sommes effectivement situés entre la Chine (qui ravitaille les Viets), et le Laos où, la fameuse piste Ho Chi Minh (passage préférentiel), prend effet en se séparant en trois, une piste longeant la frontière Vietnamienne, et deux autres passant par le Laos et le Cambodge.

Le Général De Lattre de Tassigny à SonTay en 1951

Yves Boulanger en Indochine Visite du Gal De Lattre de Tassigny à SonTay

A gauche Yves Boulanger
A droite visite du Général De Lattre de Tassigny à SonTay
(photo prise par Y.Boulanger)


Les digues sont truffées de mines et, les nombreux pièges (touches de pianos-tranchées camouflées), font que nos camions GMC avancent au pas, devancés la plupart du temps par les fantassins. Certains de nos véhicules capotent dans la rizière, les infirmiers s’affairent pour soigner les blessés et les ambulances évacuent les plus gravement atteints ainsi que les victimes.
Quelques-uns d’entre nous, équipés de pelles, rebouchent les trous laissés par les mines, afin que nous ne restions pas coincés….Nous sommes pris par la nuit, une nuit noire comme souvent sous les tropiques, les crapauds buffles croassent de plus belle, les lucioles scintillent, ce serait presque «enchanteur» si ce n’était ces nuages énormes de moustiques qui nous assaillent sans relâche.
Notre colonne, avance au ralenti et arrive à Trung Ha.
Nous camperons ici pour le restant de la nuit, dans les véhicules, sous des tentes de fortune... Les sentinelles sont disposées de façon à éviter toute surprise. Nous ouvrons les rations pour un repas rapide et, nous badigeonnons nos corps de produit anti-moustique….les lucioles sont toujours là !
Les dents de nos Sénégalais brillent à la lueur de nos faibles éclairages…nous ne dormons que d’un oeil.

Les tirailleurs sénégalais au Tonkin

Les tirailleurs sénégalais au Tonkin

24° RMTS à SonTay (photo Y. Boulanger)

Réveil aux aurores. C’est ici que nous nous installons. Petit Louis, le Chef de Bataillon donne des ordres pour installer le PC, l’infirmerie, la cantine, etc…il a même l’intention d’installer un bordel (BMC) et il chargera pour cela, un officier pour aller recruter quelques congaïes à Hanoï.
Quelques équipes partent, aux alentours, dans la montagne pour y installer les postes de gué, qui contribueront à notre sécurité.
La fourmilière est au travail….déjà des unités de la Royale accostent, nous apportant du ravitaillement, des munitions et différents matériels.
Nous installons un local pour les transmissions et là, j’en serai le responsable.. autrement dit, la vie du bataillon est un peu entre mes mains et celles de mes collègues.
Mon boulot est le « chiffre » et, de ce fait, je suis très souvent soit avec le chef de Bataillon soit avec les officiers à qui il a confià des missions spéciales, la communication et la transmission devenant un critère important pour notre survie.
Le Capitaine Tourret est le responsable civil et militaire des secteurs de Trung Ha et Sontay et, de ce fait, le «courant» ne passe pas toujours entre lui et notre chef de Bataillon.
Nous devons assurer la sécurité et, en conséquence la réparation de dommages causés la nuit par les Viets.. des coolies d’origine Muong pour la plupart, sont recrutés pour réparer les pistes, boucher les «touches de piano», ces tranchées presque invisibles qui font beaucoup de dégâts sur nos matériels en admettant que ce ne sont pas certains de ces zigotos qui déposent les mines la nuit.

traversée d’un arroyo Poste de gué

A gauche traversée d’un arroyo
A droite Un poste de gué
(photos Y. Boulanger)


Nous sommes très bien installés et organisés de façon à faire face aux multiples interventions de l’ennemi et, c’est en janvier 1951 où, une forte concentration Vietminh traverse la Rivière Noire, attaquant Trung Ha, Dan The ainsi que nos postes qui répondent sans faiblir, causant des pertes sensibles chez les Viets.

Zone de combat de SonTay et Trung Ha


Agrandir le plan

Nos tirailleurs Sénégalais ne se laissent pas impressionner ni d’ailleurs, le 8ème Tabor installé un peu plus loin, qui a déjà pas mal réduit l’attaque Viet.
Quelques-uns d’entre nous ont été tués ou blessés, en particulier au cours de l’embuscade de Janvier 1951, le Sergent radio Durand était parmi ceux-là... c’était un de mes proches amis..
Ma fonction de chiffreur m’a également appelé à être présent lors de la visite du Général De Lattre de Tassigny, lors de sa venue à SonTay pour visiter les honorables personnalités civiles de la région.
Nous avons recueilli des troupes nationalistes Chinoises, qui se repliaient sans doute vers Taïwan, via le Vietnam, en soldant leurs armes chinoises et même quelques carabines américaines….

Les troupes nationalistes chinoises

Les troupes nationalistes chinoises

Les troupes nationalistes chinoises se repliant vers Taïwan
(photos Y. Boulanger)


Une attaque Viet importante est survenue ensuite obligeant le Capitaine Tourret à intervenir avec un commando de 80 Sénégalais, plusieurs compagnies de partisans Tonkinois et deux canons dont un avait été subtilisé par les Viets et, récupéré par la suite.
Notre Chef de Bataillon ayant été relevé de ses fonctions, son adjoint, le Capitaine Pierre Tourret devient notre Chef de Bataillon en titre, il lui sera adjoint un Chef de province Vietnamien pour ce qui dépend de l’administration civile.
Les lieutenants Milcent et Lecomte sont très actifs en ce qui concerne la sécurité.
Ma fonction de chiffreur rattaché aux transmissions, me permet d’être utilisé en tant que «Radio 300» lors des opérations autour de Trung Ha et SonTay.
C’est ainsi que s’est passé mon premier séjour au Vietnam du Nord et, j’ai ainsi constaté, de par les nombreux ralliements, que même si les Vietnamiens sont épris de liberté et d’indépendance, ils aiment toujours la France.

La rivière noire Tonkin

Poste de gué sur la Rivière Noire (Photo :Y. Boulanger)

Fait le 5 décembre 2009 à Cambrai
Caporal-Chef Yves Boulanger ( 24° RMTS)

Le 24ème Régiment de Marche de Tirailleurs Sénégalais au Tonkin
Par Yves Boulanger

dragon

Retour sur la page du menu : [Indochine]

haut de page