Affiche Indochinoise

Rue Paul Doumer Hanoi en 1953

Bastos la cigarette de qualité

Sagonnaises sur un pont sur le Mkong

Marcel Bigard et le Lt Colonel Langlais, des troupes Coloniales

Indochine Franaise

Plantation Heveas

Mytho en 1951 Tour de Guet contre les Vietminhs

Rfugis vietnamiens sur USS Montague Haphong 1954

Marins dans la rue Catinat  Sagon

La Légion Étrangère à Hanoì

Haphong en 1954

Tombola des leves pauvres et orphelins Saigon 1954

Cigarettes Melia

Engagez-vous Rengagez-vous dans les Troupes Coloniales



Une patrouille de lgionnaires

Le Gnral Raoul Salan devant le Pont Paul Doumer  Hano

Commando franais  Thu Duc

Commandos  franais  Thu Duc en 1946

Traction Citroen dans la Brousse

Hu le pont Clemenceau

Rfugis catholiques du Tonkin

Traverse du Mkong en 1947

La gare de Thi Cau Tonkin

Aide aux Combattants Indochine

Tu dois diivrer lIndochine



La Légion Étrangère à Hanoì

La cathédrale Saint-Nicolas Dallat

le gnral De Lattre de Tassigny avec un gnral amricain

Cigarettes Nationales

Camion Simca  Haphong

Cigarettes Melia

Dans le Port Haiphong

Voyagez avec les troupes coloniales

La chute Gougah

L-Amant Marguerite Duras

La Gare de Tourane

Htel du Parc Dalat

Les allemands dans la légion étrangère Hanoï

Souvenir du Tonkin

Le film Dien Bien Phu de Pierre Schoendoerffer

La Gare de Tourane

Hano Imprimerie Extreme-Orient

Le Maréchal Foch à quai des Messageries Maritimes de Saïgon

Militaires sud-vietnamiens

Indochine Catherine Deneuve, Jean Yanne

La chute Gougah

Air France

Militaires sud-vietnamiens

Un patrouilleur franais dans le Golfe du Tonkin

Souvenir de Dalat

Souvenir de Haphong en 1954

Blason de Empereur du Vietnam

La Chambre de Commerce Hano

Port Haphong

Splendid Hôtel Hanoï

Htel du Parc Dalat

Dans le Port Haiphong

Souvenir de Dalat

Ligne de Bus Saigon-Mytho en 1951 Tour de Guet contre les Vietminhs

Avion Taxi Indochine



La chute Gougah

La Lgion trangre  Haphong

Anthracite tonkinois

Les Autobus devant le pont Paul Doumer Hano

Attentat  Sagon le 1er Mai 1955

Retour sur la page du menu : [Indochine]

LA GUERRE D'INDOCHINE

1 Présentation

La guerre Indochine qui se déroula de 1946 à 1954 sur le territoire du Vietnam, au terme de laquelle la France, souveraine en Indochine, accorda à celle-ci son indépendance.
Constituée officiellement sous la souveraineté française en 1905, l’Indochine regroupait la colonie de Cochinchine autour du delta du Mékong et quatre protectorats : l’Annam au centre, le Tonkin au nord, le Cambodge et le Laos.

Port d'Haïphong

2 Les origines du Conflit

La Seconde Guerre mondiale permit aux nationalistes vietnamiens d’affirmer leur influence. Isolée de la métropole, l’Indochine fut placée sous occupation japonaise. Si certains éléments nationalistes conservateurs réunis autour de la Ligue pour la libération du Vietnam (Vietnam Phuc Quôc Dông Minh), dirigée par Trân Van An, se rallièrent aux Japonais pour libérer l’Asie des Européens et des Américains, la majorité des nationalistes se dressa contre eux.
Ce fut le cas de la Ligue pour l’indépendance du Vietnam, ou Vietminh, fondée en mai 1941 par d’anciens dirigeants du PCI (Parti communiste indochinois), comme Ho-Chi- Minh, dans une petite ville de la Chine du Sud. Les objectifs du Vietminh étaient clairs : il s’agissait à la fois de lutter contre les Japonais et les Français afin de libérer le Vietnam et d’y établir une république "démocratique".

Les japonais entrant dans Saïgon en Juillet 1941

Après la défaite japonaise, Ho-Chi-Minh déclencha, le 13 août 1945, l’insurrection générale qui conduisit à l’abdication de l’empereur Bao Daï, le 25 août. Le 2 septembre, il proclama à Hanoï l’indépendance du Vietnam et la naissance d’une République démocratique du Vietnam.

3 Le début de la guerre en Indochine

Deux événements marquèrent le début de la guerre. Le 23 novembre 1946, les Français bombardèrent le port d’Haïphong, situé au nord du pays, et le 19 décembre, les milices du général Giap attaquèrent les quartiers européens d’Hanoï.
Ho Chí Minh appela alors le peuple vietnamien à la guerre.
Celle-ci opposa désormais un corps expéditionnaire bien équipé à l’armée populaire vietnamienne, moins armée mais soutenue par la population et qui parvint à imposer sa stratégie par la guérilla.

Le Général Leclerc rencontre  Hô Chi Minh

Placés devant le fait accompli, les Français hésitaient sur l’attitude à adopter lorsque le général de Gaulle se déclara partisan de la restauration de la souveraineté française dans le cadre d’une Fédération indochinoise. Au Nord, où les Chinois étaient peu disposés à céder la place aux Français et intriguaient avec les nationalistes, des éléments modérés, tant du côté français que du côté du Vietminh, se prononcèrent en faveur de néégociations.
Le 6 mars 1946 fut signée une convention qui reconnaissait le Vietnam comme « un État libre avec son gouvernement, son Parlement et ses finances, faisant partie de la Fédération indochinoise et de l’Union française » ainsi que l’unification des Trois Ky (Bac ky, le Tonkin ; Trung ky, l’Annam ; Nam ky, la Cochinchine), c’est-à-dire l’ensemble vietnamien, soumise toutefois à un référendum, en contrepartie, elle imposait l’installation de troupes françaises à Hanoï. Dans un contexte de résurgence du groupe de pression colonialiste en France, celle-ci voulut conserver la Cochinchine sous sa souveraineté.
Au lieu d’organiser le référendum prévu en Cochinchine au sujet de son entrée dans le Vietnam, l’amiral Thierry d’Argenlieu fit proclamer la république en juin 1946, empêchant ainsi la réalisation de l’unité du Vietnam souhaitée par Ho Chí Minh. Celui-ci se rendit à la conférence de Fontainebleau (6 juillet-25 août 1945) pour tenter de trouver un arrangement, qui se révéla impossible.

L'amiral Thierry d'Argenlieu

4 L’enlisement de la guerre

Dans un contexte d’instabilité politique en France, cette guerre impopulaire, car lointaine et stigmatisée dans l’opinion par le scandale de la spéculation sur les piastres, s’enlisa. Pour tenter d’affaiblir politiquement Ho Chí Minh, les Français cherchèrent un autre interlocuteur en la personne de Bao Daï, exilé à Hong Kong. Par les accords de la baie d’Along (5 juin 1948), la France accorda ce qu’elle avait refusé à Ho Chí Minh : l’indépendance d’un État vietnamien réuni associé à l’Union française.
Cette tentative se solda par un échec.

5 Internationalisation et règlement du conflit

À partir de 1949, avec l’intensification de la guerre froide, la guerre d’Indochine prit une dimension internationale. Les communistes chinois, qui venaient de l’emporter en Chine (21 septembre 1949), apportèrent leur soutien militaire au Viêt-Minh, tandis que la France, sous l’impulsion du général de Lattre de Tassigny, fit appel à l’aide américaine.
Submergées par l’offensive de Võ Nguyen Giap entreprise en octobre 1952 au Tonkin, en Annam et au Laos, où il pénétra en avril 1953, les troupes françaises placèrent leurs derniers espoirs dans le plan de leur nouveau chef : le général Navarre. Celui-ci prévoyait de concentrer des forces françaises dans la cuvette fortifiée de Dien Bien Phu afin d’attirer l’armée du Vieminh dans un piège. L’attaque commença le 13 mars 1954, et, le 7 mai, les 15 000 Français capitulèrent.

Diên Biên Phu

La France avait fini par accepter le principe d’une conférence à Genève au début de l’année 1954. La nouvelle du désastre de Dien Bien Phu accéléra les discussions en cours. Le nouveau président du Conseil en France, Pierre Mendès France, partisan de la négociation dans un contexte politique difficile, puisque s’amorçait la guerre d’Algérie, s’engagea à régler au plus vite l’affaire d’Indochine et se rendit à Genève.

François Mitterrand et Pierre Mendès-France après la Conférence de Genève

Les 20 et 21 juillet 1954 étaient signés les accords de Genève. Ils mirent fin à la « sale guerre » et coupèrent le Viêtnam en deux : la Républlique Démocratique du Vietnam du Nord au nord du 17e parallèle et la République du Sud-Vietnam avec l' ex-empereur de Bao Dai au sud.
Cependant, le problème de l’unité territoriale du Vietnam restait en suspens. La ligne de démarcation représentée par le 17e parallèle était considérée comme une ligne provisoire. Les élections générales, prévues en juillet 1956 pour résoudre le problème de la réunification des deux Vietnams, n’eurent pas lieu. En effet, le Vietnam du Sud qui était passé sous la présidence de Ngô Ðình Diêm en 1955 s’y refusa et reçut le soutien américain.
Un nouveau conflit allait bientôt s’engager : la guerre du Vietnam.

Bao Dai à la tête du Sud-Vietnam

La mission du Général Leclerc

Le général Leclerc commandant du Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient (C.E.F.E.O.) dépose une gerbe au Monument aux Morts français de la première guerre mondiale, le 5 octobre 1945 à Saïgon

Le 7 juin 1945, le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) charge Leclerc d'organiser et d'instruire le corps expéditionnaire. La situation ne cesse de se détériorer en Indochine. Peu auparavant, le 24 mars, le GPRF avait promis aux peuples de la Fédération indochinoise une semi-autonomie au sein de l'Union indochinoise, la division en cinq ensembles (Laos, Cambodge, Tonkin, Annam, Cochinchine) étant maintenue.
Le Japon jusque-là invaincu subit un choc décisif avec les bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août. La capitulation s'impose ; elle est signée le 2 septembre 1945 sur le Missouri, en baie de Tokyo, par le général MacArthur. Le général Leclerc y représente la France. La défaite japonaise modifie bien des données du problème indochinois.
Le 14 août, l'amiral Thierry d'Argenlieu se voit confier la responsabilité de Haut-commissaire de France pour l'Indochine et celle de commandant en chef des forces terrestres, navales et aériennes basées en Indochine pour y rétablir la souveraineté française. Son affectation ne tient pas au hasard. Le général de corps d'armée Leclerc, le libérateur d'Alençon, de Paris et de Strasbourg, commandant supérieur des troupes françaises en Extrême-Orient, placé sous son autorité, est chargé des mesures militaires pour rétablir cette souveraineté. Leclerc n'a pas les coudées franches pour faire preuve d'initiative personnelle.
Les deux hommes doivent se rendre le plus vite possible à Saigon ; le haut-commissaire s'installera à Chandernagor. Mais Leclerc doit voir à son quartier général de Kandy l'amiral anglais Mountbatten, commandant suprême des forces alliées dans le Sud-Est asiatique, qui l'informe le 22 août de l'ampleur de la confusion en Indochine.
A la conférence de Postdam (17 juillet - 2 août), Truman (Roosevelt est mort en avril), Clément Attlee, Premier ministre britannique qui a remplacé Winston Churchill au cours de la conférence, et Staline décident, pour combattre les Japonais, de séparer l'Indochine en deux zones : au nord du 16e parallèle, les troupes nationalistes chinoises, au Sud, les forces britanniques.

C'est un camouflet pour la France, ainsi évincée d'Extrême-Orient. Il n'y a plus de forces françaises en Indochine, l'ex-armée de l'amiral Decoux ayant été démantelée par le coup de force japonais. Les Britanniques n'ont cependant aucune ambition et Mountbatten promet son appui.
Leclerc réclame des moyens à Paris et se fixe pour objectif de reprendre en main la région au sud du 16e parallèle en profitant du débarquement britannique, de parachuter le maximum de moyens politiques et militaires dans le nord en s'appuyant sur les équipes que le GPRF y a envoyées, de maintenir et d'affirmer les droits français notamment vis-à-vis des Alliés, de reprendre pied dans la zone chinoise dès l'arrivée des renforts et de négocier sur le plan politique avec les représentants du mouvement viêtminh. Grâce aux renseignements transmis par Jean Sainteny et Jean Cédile, respectivement commissaires de la République à Hanoi et à Saigon, il s'informe et mesure la complexité de la situation.
En cette fin août 1945, le Viêt-minh entreprend la course au pouvoir. Depuis le coup de force japonais de mars, il a profité de la neutralisation des forces françaises pour accroître son emprise aussi bien à Hanoi, où ses sympathisants sont nombreux, qu'à Saigon, en s'appuyant sur les militants communistes et diverses organisations. Le 16 août, le Parti communiste constitue un Comité national de la Libération puis les 18 et 20 août le Viêt-minh se rend maître de Hanoi et de Saigon. Le 25 août, l'empereur Bao-Daï abdique ; le même jour, Hô Chi Minh forme un gouvernement vietminh et proclame le 2 septembre l'avènement de la République démocratique du Viêt-nam (RDV), dont il devient le président.
Le même jour, Leclerc est désigné par le GPRF pour signer au nom de la France l'acte de capitulation du Japon, occasion pour lui de s'entretenir avec le général MacArthur qui s'engage à ne pas le gêner dans l'exécution de son programme.

(Extrait du catalogue de l'exposition Leclerc et l'Indochine, Christine Levisse-Touzé et Jacques Vernet, Ed. Paris Musées, 1997)

La Légion Étrangère au Tonkin

Le Lieutenant Bourges de la Légion en opération au Tonkin La légion éttrangère au Tonkin

Au total, de 1946 à 1954, ce ne sont pas moins de 72 833 légionnaires qui servirent en Indochine. Avec plus de 10 000 morts, la Légion Etrangère enregistre le taux le plus élevé en pertes humaines: près de 12 % pour les Képis Blancs.

La 91ème escadre de bombardement Gascogne

Escadre Bombardement Gascogne Haïphong Bombardier B 26 Indochine

Le 1er janvier 1951, la 91ème escadre de bombardement Gascogne renaît en Indochine sur B 26 Invader. Un mois plus tard, opérationnel, il opère au Tonkin et dans la région de Haïphong. Il termine la campagne d'Indochine à Dien Bien Phu en 1954. Après avoir effectué 21.000 heures de vol, perdu neuf équipages, le groupe est de nouveau dissous en novembre 1955.

dragon

Retour sur la page du menu : [Indochine]

haut de page