Voiture de guerre japonaise en Indochine

Rue Paul Doumer Haphong en 1953

Air Vietnam Saigon 1952

Soldat Français en Indochine

Cigarettes Nationales

La Lgion trangre  Haphong

Boulevard Bonnal Haiphong en 1953

Commandos  franais  Thu Duc en 1946

Affiche Indochinoise

Au large du Cap Saint-Jacques

Marins Français à Haïphong en 1940

Haphong en 1954

Haiphong en 1953

Rue Paul Bert Haiphong

Grands Magasins Réunis Hanoï

Magasins Chaffafon Haïphong

Rfugis catholiques du Tonkin

Une patrouille de lgionnaires

Personnel C.T.I.A. Hanoï

La Légion Étrangère à Hanoì

Asianis le Pastis de Sagon

Pont Paul Doumer Hano

Photo Film Lumière Hanoï

Automoto Saïgon

Brasseries et Glacières Indochine Hanoï

Melia Cigarettes Saigon

Un patrouilleur franais dans le Golfe du Tonkin

Hôtel-Café de la Paix Hanoï

Brasseries & Glacières Indochine Bière Royale Cholon

Au bord du Fleuve Rouge



Dans le Port Haiphong

C.A.T.I. Saigon

Le Continental Palace Saigon

Plan de Hanoï en 1953

Arrive de monsieur Letourneau sur l' arodrome de Tan-Son-Hut en octobre 1950

Résultat de la collaboration nippo-franco-indochinoise

Grand Hotel du Commerce Haïphong

Amiral Decoux et deux officiers japonais

Camion Citroën Haïphong en 1952

Troupes Japonaises dans Hanoï

Bastos la cigarette de qualité

Port de Haïphong

Avions Taxis d'Indochine janvier 1948

La Bouillabaisse Hanoï

Hotel Continental Saigon

Vietminh dans des Peugeot 203 Hanoï

Bière Larue Indochine

Hôtel-Café de la Paix Hanoï

Thinh Ky Haïphong

Compagnie Laotienne Commerce Transport



La police municipale de Hanoï

Ligne ferroviaire Hanoi-Haiphong

Voyagez avec les troupes coloniales

Cigarettes Nationales

Biere 33 Export Saigon

Engagez-vous rengagez-vous

La police munipale Hanoï

Reddition Japonaise auprès des Britanniques

Port de Haïphong

Biere 33 Export Saigon

Savon Viet-nam

Retour sur la page du menu :
[Les personnalités qui ont participé au conflit de l'Indochine Française]

dragon

L’Amiral Jean Decoux
face au Général de Gaulle
le gestionnaire et le politique

Amiral Jean Decoux

L’Amiral Jean Decoux, dès sa prise de fonction - il a été nommé Gouverneur Général de l’Indochine par le Président de la République Albert Lebrun le 20 juin 1940 – prend conscience dans toute sa gravité de la situation à laquelle il allait avoir à faire face du fait de la menace nippone dans tout l’Extrême-Orient.
Après quelques mois à la tête de la Fédération indochinoise (cinq Etats : l’Annam, le Tonkin, le Cambodge, le Laos et notre colonie la Cochinchine), l’Amiral doit affronter en janvier 1941 le Siam (Thaïlande) allié du Japon. La bataille de Koh-Chang est la seule bataille navale gagnée au cours des deux guerres mondiales, sur des plans et avec des moyens exclusivement français. Cet acte de réésistance doit être mis au crédit de la Marine française.

L'accueil du Major-Général Raishir Sumita
à l'Amiral Decoux à Hanoï en mars 1941

Major-Général Raishir Sumita et l'Amiral Decoux Hanoï 1941

Le 22 mars 1941 le Major-Général Raishir Sumita représentant la mission japonaise en Indochine, accueillant sur l'aérodrome de Bach Maï, l'Amiral Jean Decoux de retour à Hanoï en provenance de Saïgon.

L' Amiral Decoux
négociant le stationnement des Japonais

L'Amiral Decoux et deux officiers japonais L'Amiral Decoux et des soldats japonais

En décembre 1941, l’attaque japonaise de Pearl Harbour (Hawaï) se prolonge en envahissant immédiatement la Malaisie, les Philippines, Singapour, Hong-Kong, Bornéo, la Birmanie et les Indes Néerlandaises (Indonésie). La France garde son Indochine grâce aux accords habiles que l’Amiral a signés avec le Japon en juillet 1941. Il s’agissait de préserver le sort de 40 000 Français comprenant une forte proportion de femmes et d’enfants, alors présents en Indochine, qui auraient eu une fin misérable dans des camps de concentration. Il y avait aussi 25 millions d’Indochinois dont le sort préoccupait fortement le Gouverneur Général. Et ces populations devaient rester fidèles à la France jusqu’en 1945.

Saïgon en 1942

Soldats Japonais à bicyclettes dans Saïgon Cathédrale de Saïgon

Photo de gauche : Soldats Japonais défilant à bicyclette dans la rue Catinat
Photo de droite : La Cathédrale de Saïgon avec une affiche du Maréchal Pétain


Nommé indépendamment de l’Indochine, en décembre 1941, Haut-commissaire de France dans le Pacifique, se sont retrouvés sous l’autorité de l’Amiral, les Etablissements français de l’Inde et nos colonies du Pacifique : Nouvelle Calédonie et ses dépendances, Nouvelles Hébrides (Vanuatu), l’archipel des Wallis et les Etablissements français de l’Océanie. Le 23 janvier 1942, l’Amiral Decoux déclara à Radio-Saïgon :
" J’y consacrerai non seulement toutes mes forces, mais aussi tout mon coeur. Sachez que tout ce qui touche aux possessions françaises du Pacifique ne m’est étranger puisque je leur dois des souvenirs qui comptent parmi les plus attachants de ma carrière. J’ai pu apprécier le patriotisme des populations sincèrement attachées à la France… "

Le Palais Norodom
Le Palais du Gouverneur à Saïgon

Palais du Haut Commissariat à Saïgon

Mais la Résistance voulue par le Général de Gaulle, perturbe en 1944 l’unité des Français d’Indochine et inquiète le Japon ! On sait que l’Amiral supportait d’une part le stationnement de 20 000 japonais, essentiellement cantonnés dans des casernes (on ne les voyait que dans quelques grandes villes, sur un territoire grand comme 1,5 fois la France), et d’autre part devait gérer ceux qui faisaient une propagande contre lui en cherchant la division des Français d’Indochine.
Ainsi, le Commandant François de Langlade est envoyé par le Général de Gaulle pour rencontrer l’Amiral. Il est Secrétaire du Comité interministériel et Délégué à la Direction des Services Spéciaux (D.G.E.R.), chargé du renseignement et de la sécurité militaire. Mais le Général Mordant l’empêche de rencontrer l’Amiral, en lui affirmant que " l’ennemi N°1, bien avant les Japonais, s’appelle Decoux".

Affiches de propagande durant la seconde guerre mondiale

Résultat de la collaboration nippo-franco-indochinoise Tu dois déiivrer lIndochine Appel du Général de Gaulle

Mais l’Amiral reçoit Langlade en novembre 1944, sachant déjà depuis un mois que le Général Mordant est placé à la tête de la Résistance et que Délégué Général du Gouvernement a Decoux sous ses ordres !
L’Amiral veut démissionner, ce que refuse René Pleven, le Ministre des Colonies du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF). Cette politique du Général de Gaulle divise une partie des Français, ce que les Japonais constateront rapidement : leurs effectifs vont être portés à 65 000 hommes fin 1944. Les Nippons, bien armés, recrutent aussi des indicateurs indochinois pour repérer les Français "dissidents".
Ce renforcement de la présence japonaise décide les Américains à intervenir en bombardant plusieurs sites stratégiques dont le croiseur amiral " Lamotte-Picquet", coulé dans le port de Saïgon le 12 janvier 1945, qui avait été notre carte maîtresse dans la fameuse bataille navale de Koh-Chang.
Le 9 mars 1945, l’Amiral Decoux est ainsi fait prisonnier par les Japonais

Le Palais Puginier du
Gouverneur Général à Hanoï

Palais Puginier Hanoï

Le Commissaire de la République et Représentant de la France, Jean Cédile, avant l’arrivée du Général Leclerc, laissera l’Amiral jusqu’au 30 septembre, à la garde des Japonais !
Et le 1er octobre, sur ordre du Général de Gaulle, sans ménagement, dans un Dakota militaire, l’Amiral Decoux quitte définitivement l’Indochine après sept années passées en Extrême-Orient, et rentre en France, sans avoir pu se recueillir une dernière fois sur la tombe de son épouse décédée à Dalat le 6 janvier 1944, en mission auprès de l’Impératrice Nam Phuong.

Résidence du
Gouverneur Général à Dalat

Residence du Gouveneur Général Dalat

Après une escale à Rangoon où un détachement anglais en armes lui rendit les honneurs, et une deuxième escale à Calcutta où Schlumberger, l’Officier d’ordonnance de l’Amiral d’Argenlieu, refusa de lui serrer la main (!), il atterrit au Bourget le 8 octobre 1945.
"Accueilli" par la Police, il est immédiatement mis en garde à vue au Val de Grâce puis à Fresnes, sans avoir même été entendu par la Justice, et sans même pouvoir rentrer chez lui !
Mais le Général de Gaulle reçoit froidement l’Amiral, le 14 octobre, à son domicile de Neuilly-sur-Seine pour entendre qu’il aurait dû désobéir au Président Pétain, Chef de l’Etat, quand celui-ci le confirma à la tête de l’Indochine, pour le rejoindre, et ainsi quitter son poste en pleine situation de guerre.
Les deux hommes ne pouvaient s’entendre, au moins sur ce point, sachant qu’un Officier général est au service du gouvernement légal… ! On sait que l’Amiral a utilisé avec intelligence et sincérité l’image et le "bouclier" que représente le Maréchal de France, grand soldat de la Grande Guerre, auprès des Asiatiques qui accordent toujours un immense respect au vieil homme d’Etat.
" Tout au long de mon exposé, le Général m’interrompt à peine, si ce n’est de temps en temps pour relever, d’un rictus amer, certains termes de mon récit qui heurtent sa susceptibilité" dira plus tard l’Amiral.

dragon

Cam-Ranh
D'Argenlieu accueille Hô Chi Minh
revenant de France le 18 novembre 1946

Rencontre de Ho Chi Minh et d'Argenlieu

A noter que l’Amiral Thierry d’Argenlieu avait été nommé le 16 août 1945, par le Général de Gaulle, Haut-commissaire de France et Commandant en Chef pour l’Indochine, avec mission de "rétablir l’ordre et la souveraineté française".
Il n’arrive alors que le 31 octobre en Indochine qu’il ne connaissait pas, près de huit mois après le coup de force des Japonais ! Et son échec face au communiste Ho Chi Minh, sera tel qu’il sera remplacé le 5 mars 1947 par le radical-socialiste Emile Bollaert.
De mars 1945 jusqu’en 1947, il y aura 2119 tués sur 12 000 militaires européens. La Résistance avait bien envisagé ce désastre puisque Langlade avait annoncé : "La France qui a perdu dans la Résistance 100 000 des siens, ne tolèrerait pas que l’Indochine soit "libérée" sans le sacrifice de 10 000 des siens " !
On sait que la guerre d’Indochine sera perdue avec la défaite de Dien Bien Phu en 1954, entre la France et Ho Chi Minh : quel échec, quel désastre humain (37 000 morts ou disparus côté Français entre mars 1945 et juillet 1954) et quelle faillite de la politique mise en place par le Général de Gaulle mais aussi quelle victoire du communisme qui est toujours en place en 2010 !
Et l’Amiral Decoux qui avait tant défendu notre drapeau et les intérêts français en Indochine, dans un monde en flammes, seul à la barre de notre grande colonie, est traduit devant la Haute Cour de Justice pour trahison : il fallait bien lui faire payer son non ralliement à de Gaulle.
Le verdict sera rendu en janvier 1949 par un non-lieu, ce qui rétablira enfin la vérité sur ses engagements et ses services. Mais l’Amiral avait subi diverses humiliations (mis en liberté qu’en décembre 1947), de multiples interrogatoires jusqu’en janvier 1949, des témoignages à charge (ceux qui n’avaient pas accepté d’avoir été écartés par le Gouverneur Général, des responsabilités espérées, et ceux qui se croyaient "dans l’air du temps" en suivant aveuglément le pouvoir en place…)
Le politique Charles de Gaulle appréhendait sans doute le retour en France de celui qui avait réussi à préserver tous les intérêts supérieurs de la France, à près de 10 000 km de la Métropole, coupée du monde extérieur à partir de 1942.
Cette réussite évidente de l’homme d’Etat Jean Decoux pouvait assurément devenir très encombrante. Il fallait donc impérativement casser cet homme-là en l’accusant de trahison, en salissant son nom et son action. Cette période de sa vie a été très dure à gérer : il n’acceptera jamais d’avoir subi les effets pervers de la "sale politique", jusqu’à sa mort, le 20 octobre 1963.

Tribune libre par Jacques Decoux

dragon

Jacques Decoux est le petit-neveu de l’Amiral, il a publié en 2009 un livre pour mieux nous faire connaître son aïeul.
Il a effectué des recherches approfondies dans les Archives Nationales de Paris, Vincennes (Marine Nationale) et Aix-en-Provence (Outre-mer) et trié par thèmes de très nombreux documents authentiques classés. D’autres archives municipales (Bordeaux où il est né en 1884 et Annecy d’où il était originaire et où il est inhumé) et familiales ont complété ces recherches ainsi que de nombreux témoignages d’Historiens et d’amis.

Livre sur l'Amiral Jean Decous
dragon

Retour sur la page du menu :
[Les personnalités qui ont participé au conflit de l'Indochine Française]

haut de page

haut de page